Qui sommes-nous ?

PNPE, GAL, PNTH... tour d'horizon des structures qui dynamisent le territoire à l'échelle des Plaines de l'Escaut


logo PNPE

LE TERRITOIRE


Reconnu en 1996, le Parc naturel des Plaines de l'Escaut rassemble les communes d'Antoing, Beloeil, Bernissart, Brunehaut, Péruwelz, Rumes et Tournai. Ses 71 villages s'étendent sur près de 46.500 hectares et rassemblent 100.000 habitants.

Adossé à la frontière française, le Parc naturel des Plaines de l'Escaut est caractérisé par une présence significative de forêts et boisements (près de 20 % du territoire). Citons les massifs forestiers de Bon-Secours, Stambruges et Beloeil, mais aussi les bois de Rongy et Howardires, ou encore de nombreuses peupleraies.

Un réseau hydrographique dense (l'Elnon, la Calonne, le Ruisseau des Prés, la Verne de Bury ou la Verne de Basècles, le Grand Courant…), 63 km de canaux (comme l'ancien Canal Pommeroeul-Antoing, qui converge vers le Grand Large de Péronnes ou le Noeud de Blaton), le fleuve Escaut et des centaines d'hectares de zones humides parcourent ainsi la seule plaine alluviale de la Région wallonne.

Les terres agricoles représentent plus de la moitié du territoire.

Avec nos maisons d’éclusiers, d’ouvriers, de carriers, avec nos bâtiments agricoles, l’habitat rural traditionnel marque l’identité du Parc naturel.

Zones humides comme les marais d’Harchies, Mer de Sable à Stambruges, anciennes carrières… Le Parc naturel, c’est plus de 20% de sites biologiques de premier ordre. Y vivent une faune et une flore remarquables.

Le Parc naturel, ce sont aussi des lieux historiques qui font le prestige de toute la région : château de Beloeil et d’Antoing, grandes demeures, églises, chapelles, moulins, musées…

C'EST QUOI UN PARC NATUREL ?


Un parc naturel est un territoire rural, à forte identité, qui recèle des paysages remarquables et abrite une faune et une flore riches et diversifiées. Mais il s’agit aussi et surtout d’un espace où les gens vivent, travaillent, pratiquent leurs loisirs.
Le défi est donc de concilier activités économiques, biodiversité et préservation du cadre de vie. Parce que tout est lié. 

DES MISSIONS


Les parcs naturels visent à :

1° assurer la protection, la gestion et la valorisation du patrimoine naturel et paysager ;
2° contribuer à définir et à orienter les projets d’aménagement du territoire suivant les principes du développement durable ;
3° encourager le développement durable en contribuant au développement local, sur les plans économique et social, ainsi qu’à l’amélioration de la qualité de la vie ;
4° organiser l’accueil, l’éducation et l’information du public ;
5° participer à l’expérimentation de nouveaux modes de gestion de l’espace rural, au test de processus et méthodes innovants de planification, ainsi qu’à la mise en œuvre de programmes européens et de coopération territoriale européenne ;
6° rechercher la collaboration entre les parcs naturels et, le cas échéant, la collaboration transfrontalière avec les zones similaires des régions ou pays limitrophes ;
7° susciter la mise en œuvre d’opérations de développement rural dans les communes qui le composent et veiller à ce que la cohérence des projets transcommunaux dans le cadre des programmes communaux de développement rural soit assurée.

UN PLAN DE GESTION


Sur base d'un {diagnostic territorial}, le {Plan de gestion 2013-2022} définit pour 10 ans 23 objectifs stratégiques et 81 objectifs opérationnels afin d'encadrer les {projets} mis en œuvre, en réponse aux enjeux du territoire.

UNE COMMISSION DE GESTION


La {Commission de gestion} du Parc naturel des Plaines de l'Escaut asbl rassemble près de 19 membres :
- les membres publics : outre les 7 communes, la Province de Hainaut et l'Agence IDETA
- les autres acteurs du territoire : Fondation rurale de Wallonie, Cercles des Naturalistes de Belgique, Natagora, Groupement des Pépiniéristes de la région de Lesdain, FWA (Fédération wallonne de l'Agriculture), Fugea (Fédération unie des groupements d'éleveurs et d'agriculteurs), Contrat de rivières Escaut-Lys, représentants des artisans et producteurs, représentants du secteur tourisme/loisirs, représentants de la Culture.

{UNE EQUIPE TECHNIQUE}


Une équipe d'une vingtaine d'agents, structurée autour de 6 missions (Organisation générale, Patrimoine naturel & Biodiversité, Aménagement durable du territoire et Paysage, Agriculture durable & Circuits courts, Animation et Valorisation du territoire) met en œuvre les projets opérationnels.

Cf. le dernier {Rapport d'activités}.
Cf. le {Programme d'actions} de l'année en cours.


image ylZBwFg.jpeg (0.2MB)
Parc naturel des Plaines de l'Escaut : c'est dans notre nature de créer des liens !

logo GAL PE

GAL pour Groupe d'Action Locale

Plaines de l'Escaut, là où les projets sont menés

Un des piliers de l'action de l'Union Européenne Définition concerne la Politique agricole. Outre des secteurs très diversifiés et purement agricoles ou sylvicoles, l'UE considère que les zones rurales doivent permettre à ses habitants d'y trouver un cadre de vie qui leur épanouissant et éviter ainsi qu'ils ne doivent quitter ces territoires. C'est ainsi que dans chaque Etat de l'UE, des actions sont menées pour soutenir le développement des territoires ruraux. L'outil financier qui encadre ces actions porte l'acronyme de LEADER, soit Liaison Entre Action de Développement de l'Economie Rurale.
Les projets soutenus par LEADER doivent obéir à quelques règles simples :
- répondre à des besoins d'un territoire : la stratégie de développement locale
- être initiée par des partenaires de terrain : démarche ascendante
- être innovants pour essayer de nouvelles approches et oser autre chose
- être connecté avec d'autres groupes en Wallonie : le Réseau des 20 GAL wallons pour partager les expériences et de s'en nourrir
- coopérer avec d'autres GALs pour faire ensemble
- concerner plusieurs secteurs de la vie en milieu rural : santé, culture, entreprise, mobilité, énergie, agriculture, circuits courts, ...
- s'appuyer sur un partenariat public - privé (le GAL) pour trouver l'équilibre dans la gestion des projets
- la transcommunalité : un territoire de GAL doit comprendre au moins 3 communes. Dans notre cas, Antoing, Beloeil, Bernissart, Brunehaut, Péruwelz et Rumes. Les projets menés par le GAL le sont donc sur plusieurs communes.

Le Gal des Plaines de l'Escaut est organisé en asbl. Il compte 8 membres publics et 24 membres privés (des structures et associations actives sur le territoire). Ce nombre peut augmenter car l'adhésion de nouveau partenaires est possible.

Huit projets sont actuellement en cours. Pour les découvrir, il suffit de suivre ce lien et de sélectionner "projets GAL"

En savoir plus sur Leader : http://www.reseau-pwdr.be

Le coordinateur du GAL pourra vous fournir tout complément d'information :
Pierre Delcambre, 069 77 98 10 - gal@pnpe.be



logo PNTH

DEUX PARCS NATURELS DANS LES PLAINES DE LA SCARPE ET DE L’ESCAUT, LA GESTION TRANSFRONTALIERE D’UN TERRITOIRE COMMUN


La plaine de la Scarpe et de l’Escaut est un espace transfrontalier situé à cheval de la Province de Hainaut et de la région Hauts de France. Ce territoire constitué de prairies, polyculture, forêts et zones humides a conservé un caractère rural et naturel mais subit la pression des agglomérations qui l’entourent. Deux parcs naturels de part et de l’autre de la frontière franco-belge se sont concertés pour préserver ensemble le patrimoine naturel et culturel de ce territoire précieux et fragile.

Un territoire transfrontalier


Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut (PNTH) rassemble le Parc naturel régional Scarpe-Escaut (PNRSE en France) et le Parc naturel des Plaines de l'Escaut (PNPE) et couvre :
- côté français : 55 communes, 3 communes associées et 7 villes-portes. Cela représente un bassin de population de 194.000 habitants sur les arrondissements de Valenciennes et Douai.
  • côté wallon : 7 entités communales (71 villages) pour une population de 100.000 habitants sur les arrondissements de Ath et Tournai.
Le Parc naturel transfrontalier du Hainaut représente donc un territoire de 950 km², 130 petites villes et villages et près de 300.000 habitants.
Ce territoire, façonné par la Scarpe et l’Escaut ainsi que leurs affluents, est un grand réservoir de biodiversité et de richesses naturelles reconnues à l’échelle européenne. Près d’un tiers de la superficie est classée dans le réseau européen Natura 2000. Il est constitué principalement par des forêts, marais, étangs et cours d’eau. A l’intersection de grands pôles urbains (métropole lilloise, pôles valenciennois, douaisien et tournaisien), sa forte densité de population, ses patrimoines industriels, miniers et naturels en font un territoire atypique.

Une ambition transfrontalière


La valorisation des patrimoines et la gestion commune des ressources sont les priorités du Parc naturel transfrontalier du Hainaut, avec la mobilisation et la participation active de ses habitants. Il s’agit pour ce territoire de s’appuyer sur ses ressources pour assurer un développement économique local, lui-même au service d’une préservation et d’une évolution à même de conserver cette identité de parc naturel. Les projets identifiés s’inscrivent donc à une échelle pertinente pour renforcer et contribuer à cette cohésion.

Déjà une longue histoire…


En 1983, la Région Wallonne et la Région Nord-Pas de Calais signent un protocole d’accord pour la création d’un parc naturel « supra-frontalier » dans les plaines traversées par la rivière Scarpe et le fleuve Escaut, un espace rural et très riche en biodiversité, délimité par les agglomérations de Tournai et Mons en Wallonie, et de Valenciennes et Douai en France. A cette époque, il existe déjà sur le versant français le Parc naturel régional Scarpe-Escaut, mais il faudra attendre 1996 pour la création du Parc naturel des Plaines de l’Escaut côté wallon.

Cet espace de coopération transfrontalière entre le Parc naturel des Plaines de l’Escaut et le Parc naturel régional Scarpe-Escaut s’est choisi l’appellation de « Parc naturel transfrontalier du Hainaut », prenant le nom de l’ancien comté qui durant le Moyen Age avait uni ce territoire sous un même souverain.
Depuis 1996, de nombreuses actions ont été mises en place dans le Parc naturel transfrontalier du Hainaut, notamment grâce au déploiement de projets issus des successifs programmes INTERREG de coopération transfrontalière cofinancés par l’Union Européenne.

La coopération transfrontalière est devenue avec le temps de plus en plus intense et structurée. Aujourd’hui, la coopération laisse la place à une démarche d’intégration transfrontalière, avec un projet de territoire commun et une stratégie partagée par les deux parcs naturels. Cette vision collective est marquée notamment au travers de la Charte du Parc naturel régional Scarpe-Escaut approuvée en 2010. A l’occasion du renouvellement de la Charte du Parc français, les deux partenaires ont décidé de doter cette Charte d’une dimension transfrontalière, en y associant le Parc naturel des Plaines de l’Escaut. De leur côté, les orientations du Plan de gestion du Parc naturel wallon se trouvent convergentes avec celles de la Charte..

Une gouvernance transfrontalière


La gouvernance actuelle du Parc naturel transfrontalier du Hainaut est basée sur la concertation entre les deux parties, dans le respect de l’autonomie de chacun. Décrite dans la Convention de Partenariat signée entre les deux parcs naturels en 2010, cette gouvernance se traduit politiquement pour l’existence d’un Bureau Transfrontalier rassemblant les représentants des instances décisionnelles des deux parcs naturels. Au plan technique, des réunions régulières entre les équipes des deux versants sont réalisées à plusieurs niveaux pour assurer l’échange d’informations, la coordination et le pilotage dans la mise en place des actions.
La perspective de doter le Parc naturel transfrontalier du Hainaut d'une structure juridique propre au travers d'un Groupement Européen de Coopération transfrontalière est en cours d'examen.

Des projets transfrontaliers


De nombreuses actions sont menées à l'échelle transfrontalière. On peut citer notamment (cf. l'onglet "projets") :
- Terre en action : un projet autour de la mobilisation citoyenne en faveur du cadre de vie et de la biodiversité
- Ecorurable (Economie rurale durable) : un réseau d'échanges entre fermes innovantes, l'expérimentation de techniques novatrices, une démarche d'auto-diagnostics, la mise en place de micro-filières
- Formation à la taille de fruitiers et de vergers
- Réseau des Eco-jardins
- Groupe de travail "Herbe et Autonomie fourragère"
- Jury transfrontalier des Plaines de la Scarpe et de l'Escaut
- …